Arsène Yé offers commentary on committee’s Senate report in Burkina

Sachant que le rapport demande la poursuite de la mise en œuvre du sénat, les journalistes cherchaient en conséquence quelques nouvelles informations. Notamment le sort qui sera réservé aux sénateurs déjà élus. Apparemment, rien n’a été prévu. « Il n’y a rien de décidé », a en effet indiqué Arsène Yé.  L’autre information importante est qu’une des recommandations du rapport a déjà été prise en compte par le Président du Faso, estime le ministre Yé.  Il s’agit de l’appel lancé hier vendredi par Blaise Compaoré à « élargir les concertations à toutes les composantes sociales et politiques » sur le sénat.  Les membres du comité veulent ceci comme une réponse à la question posée par les journalistes sur la non participation du Chef de file de l’opposition politique aux travaux du comité. Dabo Amadou, 1er vice-président du comité, indique que cette non association remonte au CCRP que le chef de file avait boycotté. « Ce ne sont pas les prérogatives du comité de suivi d’appeler les gens au dialogue », explique le vice-président de l’UNDD, en indiquant que ceci relève du Chef de l’Etat.  Enfin, il faut noter que si le Président du Faso décide de continuer la mise en place du sénat, il faudra réunir des préalables avant de voir naître la deuxième chambre, a expliqué Bongnessan Yé.  Il s’agit pour le chef de l’Etat de requérir l’avis du Conseil constitutionnel sur la légalité des décisions prises par l’Assemblée nationale et ensuite, de réviser la loi organique portant organisation du Parlement pour introduire les nouvelles modifications.  « Ça va prendre du temps », a mesuré le ministre Yé, qui a rappelé et insisté sur le fait que « le sénat n’a pas pour but de modifier l’article 37″.

via Nouveau format du Sénat : L’ADF/RDA est d’accord « Burkina24 – L’Actualité du Burkina 24h/24.

About mkevane

Economist at Santa Clara University and Director of Friends of African Village Libraries.
This entry was posted in Politics. Bookmark the permalink.