Pertinent and pointed criticism by Somé (who could that be ;-) of Benoit Beucher’s new book on history of Moose kingdoms in Burkina Faso

Plus je lis l’interview, plus je m’inquiete du vrai fondé de la recherche. M Beucher decouvre assez recemment le burkina : l’an 2000, c’est assez recent et la societe burkinabe avait radicalement subi de profondes modifications. Ce que j’incrimine, c’est cette lecture en filigrane qui tente de ramener la royauté mossi comme fondateur de l’etat voltaique. Une telle lecture, a l’heure actuelle, est tres dangereuse car elle avalise ce que M Blaise compaore a instauré pour gouverner pendant 27 ans. Il n’est pas anodin que M Beucher invoque le role de mediateur du moro naba ces derniers temps, mais oublie de signaler que ce role, s’il est appreciable, ne peut se vouloir incontournable comme on tente de nous l’imposer depuis la crise de 2014. Maintenant on invoque des travaux universitaires pour faire accepter cette idée ! (comme toujours dirai-je). On oublie que des personnes se sont élevées contre cette demarche clandestine et qui mine serieusement la cohesion nationale. Je rappelle tout simplement que la problematique du role des chefs traditionnels était devenue tellement cruciale que l’actuel naaba d’Issouka, Naba Saga Modeste Yameogo, lors de la rencontre des chefs traditionnels, avait trouvé urgent et imperatif d’appeler à ce que les chefs traditionnels gardent leur place de chef traditionnel, et non pas d’acteurs politiques. Naba Saga d’Issouka n’a rien d’un chef ringard ; bien au contraire et pourtant il remplit bien son role de chef traditionnel.

Source: « Manger le pouvoir au Burkina » : Dr Benoit Beucher, de l’Université (…) – leFaso.net, l’actualité au Burkina Faso

About mkevane

Economist at Santa Clara University and Director of Friends of African Village Libraries.
This entry was posted in Burkina Faso. Bookmark the permalink.